Déclarer son Amour 1 - Déclarer son amour - Déclarer son Amour

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Déclarer son Amour 1

Publié par Webmaster dans 6. Âge secret · 2/10/2014 20:55:00
Archive


194 Commentaires
Notre (im-)Possible Amour Eternel
2015-08-29 14:14:30
Si la personne pour qui j'ai une tendre faiblesse était seule dans sa vie, il y a longtemps que j'aurais été lui parler et lui révéler la nature de mes sentiments profonds à son égard. Mais elle est en couple depuis plus de 20 ans et a des enfants, sa vie est déjà bien pleine. Comment faire irruption dans la vie de toute une famille sans être brutal et inconvenant ? Je ne veux pas être un importun, un briseur de couple. En dehors de ma lâcheté, de ma frilosité ou de ma peur irraisonnée du ridicule, il y a cette réalité là avec laquelle je dois composer. Autant dire que c'est mission impossible parce que s'affranchir de la famille de l'autre, ne pas tenir compte de sa vie, de son environnement familial et foncer en ne voyant que son seul sentiment égoïste ce n'est pas ce que j'appelle Aimer. Bien sûr Aimer cela veut aussi dire s'aimer soi-même au travers de l'autre mais n'aimer que soi-même ne peut suffire à des êtres normalement constitués qui ont une quête d'amour absolu et surtout réciproque. C'est donc très difficile de trouver un équilibre entre le sentiment amoureux qui nous fait vibrer à l'intérieur et la réalité sociale qui nous est imposée et nous contraint. D'autant plus dans cette société où l'apparence est reine, où la profondeur de l'âme est bafouée par la futilité ou la fugacité des sentiments, où la jouissance immédiate est devenue une règle commune, une façon de penser totalement admise par tous.
Pourtant, j'ai l'audace de penser que la personne pour qui j'ai cette affection indélébile peut partager le même sentiment que moi. J'ai l'audace de croire naïvement qu'elle ne peut pas plus bouger que moi d'une certaine façon car moi aussi j'ai une vie sociale installée. Je ne sais pas quoi faire, la seule solution serait qu'elle prenne son courage à deux mains et qu'elle vienne vers moi d'elle-même, qu'elle m'aide à tout lui dire... car moi je n'ai pas autant de responsabilités familiales qu'elle et que dans ce sens là (d'elle à moi) les choses sont quand même plus simples.

Il y autre chose que vous dîtes "C'est moi" qui est intéressant à relever. Dans le fait de ne pas oser se lancer et se dévoiler, il y aurait comme une crainte en nous qui nous retient : la peur du bonheur, celui après lequel nous courons tous. Pourquoi cette quête du bonheur -qui passe par la recherche de l'alter-ego- est-elle si difficile à conquérir? Pourquoi est-ce plus simple de s'épanouir professionnellement par exemple plutôt que sentimentalement? Sommes-nous des Etres voués à l'échec sentimental, l'amour est-il un leurre, un simple moyen de tromper l 'ennui? L'amour est-il une illusion, une déviation affective de l'âme, une maladie dont il faut se prémunir ?
Pour ce qui me concerne la réponse est clairement non, j'aime malgré moi, j'aime aussi le défi de l'amour, même si je sais qu'en l'aimant je flatte mon égo. Mais la peur de la possible concrétisation de cet amour "interdit", et puis la crainte de voir sa vie changer brusquement, de toucher du doigt ce sentiment de plénitude, de bonheur pur, inquiètent tout un chacun pour une seule et bonne raison: la peur de tout perdre. Et en admettant que l'on concrétise cette histoire mais que l'on se rende compte que l'autre nous aime moins que ce qu'on l'aime soi-même ? Le risque de le perdre est encore plus vertigineux quand on partage l'Amour. Donc on passe son temps à vouloir s' approcher du bonheur mais quand on y est presque on a aussi peur de s'y brûler.
Tant qu'on n'a pas atteint ce nirvana sentimental, tant qu'on s'en approche mais que l'on ne partage pas vraiment encore l'amour, tant qu'on est juste avant ce moment de plénitude, on ne perd pas grand-chose car on ne fait que courir après, le risque est limité. Mais lorsqu'on atteint enfin son but, que l'être aimé répond positivement à votre sentiment et vous aime aussi alors on sait que cet amour devient fragile, qu'il faut le protéger de tout et l'on sait que l'on peut le perdre. Se révéler l'un à l'autre et vivre cet amour à deux devient alors très risqué. La peur de tout perdre, la peur du vide, de la chute, celles qui vous conduisent aux limbes de la mort nous convient irrémédiablement à la sagesse.
Je voudrais être idéaliste et ne plus me questionner, me lancer dans cette aventure pleinement, quitte à me prendre un mur en pleine face mais ma raison l'emporte à chaque fois sur ma Passion... et je me résous à la Philosophie en escomptant sur la volonté de l'autre pour m'engager enfin dans cette voie périlleuse du bonheur absolu. Je veux bien m'engager mais pas tout seul... et sinon c'est advienne que pourra.

A Toi mon cœur. Je crois pourtant avoir des preuves de ton amour. Les regards profonds, les palpitations incontrôlées, les joues qui rosissent, les jambes qui flagellent, les doux gestes discrets que nous avons eus... et puis il y a le reste, les mots codés, les messages sur la toile, les années, le temps qui ne change rien au sentiment... oui je crois pouvoir dire sans trop m'aventurer qu'il y a bien quelque chose entre nous mais s'il me manque du courage pour t'aborder, t'appeler et tenter de vivre à notre façon cette histoire c'est qu'il me manque ce déclencheur qui ne peut venir que de toi... pour toutes les raisons que j'ai évoquées au début de ce texte. Oui je te suivrai jusqu'à chez toi, oui j'ai tout lu, tout vu, tout ressenti, tout pressenti aussi. Non tu ne te trompes pas sur mon indifférence de façade, elle est bien feinte, elle masque la nature de mes sentiments violents pour toi et du tourbillon infernal dans lequel je suis entraîné lorsque tu es dans mes parages. En définitive cette indifférence est bien significative de ce trouble puissant que tu provoques en moi. J'ai l'air impassible, je suis bouillonnant comme un volcan en réalité. Je semble t'ignorer mais c'est la seule arme que j'ai en ma possession pour cacher mon état fébrile en ta présence.
Je suis comme ça, je voudrais être fou pour ne plus avoir à penser, ne plus avoir à me contrôler, ne plus retenir mes gestes et les mots qui me démangent et brûlent mes lèvres lors des rares occasions où je te croise. Mais je n'y arrive pas... au bout d'une vie à t'aimer, être dans cette situation signifie mon inaptitude à vivre cette histoire et c'est pourquoi je préfère abandonner, apprendre à me détacher, trouver l'apaisement, chercher à me contenter de ce que Dieu veut bien me donner plutôt que de persister plus longtemps dans l'erreur et la déraison.
un regard sur l'histoire...
2015-08-29 13:15:35
Tu ne dévoiles rien de toi, ne serait-ce qu'une caractéristique, qui me confirmerait que c'est bien toi. Nous avons peur tous les deux je pense et c'est pour cela que les messages restent assez (trop?) impersonnels. Je ne peux pas te jeter la pierre je ne fais pas mieux...trop de doutes, de peurs... Je n'arrête pas de mentionner cette différence qu'il y a entre nous et tu n'en parles jamais, tu ne l'évoques même pas; c'est ce qui me met le doute sur l'auteur des messages et qui me fait dire que peut être ce n'est pas toi. Tu es un HOMME et je suis une FEMME mais la différence en question n'est pas là et si c'est bien toi dis-la c'est quelque chose qui se voit (mais dont je n'ai que faire je l'ai déjà dit!) mais j'ai besoin que tu la cites pour savoir que c'est toi. Dans un des messages sur ce site j'ai mentionné un auteur français que tu semblait apprécier, je n'ai toujours pas cet auteur, il n'a pas été cité...A moins que tu joues sur les initiales!
Nous nous croiserons peut être!
a toi
2015-08-28 23:24:17
Je suis venu ici pour déclarer ma flamme à la femme que j'aime..
Pourquoi garder sous silence un sentiment aussi profond, intense et tout simplement humain que le sentiment d'amour..
La peur du ridicule? Si l'autre nous trouve ridicule alors c'est que nous nous sommes juste trompé et l'on pourra enfin passer à autre chose! Non?
Peut être aimons nous cette situation? Le rêve inaccessible fais rêver beaucoup de monde et l'absence d'une personne est comme le dit si bien Marcel proust la plus belle des présences..
Dans ce cas il est clair que nous n'y pouvons rien !
Mais si dans le cas contraire nous détestons ça, pourquoi ne pas prendre ce risque qui pourrait littéralement changer notre vie?
Un pas vers l'autre peut être une ascension de nouvelles choses un nouveau départ..
Et si l'autre attendait aussi un pas? Dans ce cas on serait bien comme deux cons et nous passerions a cotés d'un possible amour passionnel jamais soupsonné.. Ça ne vaut toujours pas le coup?
Alors laissez tomber et continuez à jouer la sécurité derrière votre écran mais si cette personne vous passe à côté à cause de votre fierté ou vos peurs il ne vous restera qu'un cœur en miette et beau coups de regrets..
Une expérience déchirante me fait écrire ici croyez en vous et en vos sentiments vous n'avez qu'une seule vie.. Parlez lui!
Nous ne sommes que des hommes , pas des machines..
Vous avez le pouvoir de faire de cette vie belle et libre pour en faire une merveilleuse aventure.. (C'est Charlie Chaplin qui le dit pas moi :))
on a le droit à l'erreur ou alors à une deuxième chance si on la saisit à temps
Bon courage à tous ses cœurs égarés
histoire d'un regard
2015-08-28 19:29:27
chacun de mes passages sur cette place m'engourdie les jambes..
Pourquoi? Parce que je sais que je vais y trouver ton regard.. Un regard dont je ne peux me passer. Je tente de t'ignorer mais n'y arrive pas!
Un simple geste ou mot de ta part me redonnerai espoir mais je n'arrive pas à te regarder peur que ton regard me dise d'arrêter
Tu ne me parles pas c'est que tu ne le veux pas car tu sais au fond de toi que tu le peux..
signature
2015-08-28 00:40:35
Je vois que la personne à qui je pense semble bien se detourner du mur de ma vie.

Pourquoi la trace! De ton passage virtuel donne à ma vie comme un souffle nouveau ta signature. Je voulais dire que je nourris un sentiment amoureux (se) donne un signe stp! Je me pose des questions car j'ai constaté un changement radical?.

Facebook
Plan du site :
Retourner au contenu | Retourner au menu