Déclarer son Amour 1 - Déclarer son amour - Déclarer son Amour

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Déclarer son Amour 1

Publié par Webmaster dans 6. Âge secret · 2/10/2014 20:55:00
Archive


194 Commentaires
Je vais t'aimer
2015-08-27 23:26:17
Je vais t'aimer comme on ne t'as jamais aimé
Je vais t'aimer plus loin que tes rêves ont imaginé
Je vais t'aimer
Je vais t'aimer
Je vais t'aimer comme personne n'a osé t'aimer
Je vais t'aimer comme j'aurais tellement aimé être aimée
Je vais t'aimer
Je vais t'aimer
A la passion et jusqu'à la folie..
A se croire mort et faire l'amour encore...
PTD'A
C'est moi
2015-08-27 09:36:39
J'ai lu quelque chose de très émouvante...surtout que je ressens la meme chose mais en tant que femme.JE suis ici depuis longtemps,tous les jours je cherche un signe de "Toi",parfois je fais des jeux des mots pour te faire comprendre que je suis amoureuse mais quand je suis devant toi,je suis inaccessible,j'attends que ca vient d'abord de toi,je ne sais pas pourquoi,peut etre parce que j'ai peur d'etre ridicule...au mois de mai je suis venue te voir,j'ai cru te faire comprendre et après,oui,j'attends toujours un petit mot,quelque chose de Toi...
Je m'ai dit,maintenant j'abandonne...cela fait deja longtemps,un peu plus que deux ans...
Je voulais justement abandonner d'attendre,mais j'ai lu une merveilleuse lettre ici,je ne sais pas si c'est Toi,il y a des ressemblances pourtant,mais une seule chose j'ai comprise,un homme amoureux...il faut pas l' abandonner...et je veux continuer d'éspèrer que toi aussi,tu m'abandonneras pas...
ao
2015-08-26 20:10:57
Je me demande "et si vous aviez été vrai?" ne serait ce qu'un instant mais lequel? Celui de votre voix douce ou celui de votre rage?
Je ne saurai jamais.
Vous me dites adieu et a jamais...
Cette histoire que j'imaginais immense se termine donc sur un constat réaliste a 1000 lieux de la romance.
Pourtant... Quelque chose se tramait et pas seulement dans le non dit. C'est l'histoire de l'homme inatteignable, celui qu'on supplie par tous les moyens... Ou presque... Et...rien! A vous qui savez cultiver l'interdit et l'espoir mêlé...je tire ma dernière révérence. Si vous m'aviez vraiment connue, vous auriez reconnu une situation exceptionnelle et vous auriez su venir vers moi.
Je ne suis pas l'être que vous décriez.Vos obligations n'auraient pas du permettre de tels égarements et votre choix final est tout simplement décevant.Les particules de mon Coeur qui bat pour vous souffrent.Peut on feindre le désir et l'amour? Peut on se complaire dans le silence? C'est la seule chose que vous m'ayez vraiment apprise Monsieur.
Mon égarement pour vous qui méritait de la clarté de votre part et pas un double discours.Que de moments vrais j'ai espéré.Ceux d'une intimité interdite et pourtant naissante.A présent il ne reste que le souvenir de votre silence et de votre âpreté.Quelques unes de vos paroles gravées dans ma mémoire.Cet homme que je voulais simplement connaître...
Bachot
2015-08-26 12:50:10
J'ai passé les épreuves cet été et je les ai loupées, du moins avec toi.... enfin j'attends les résultats mais il semble que tu m'aies oublié... ou qu'ils sont trop mauvais pour que tu me les donnes.

L'attente interminable que je subis m'est de plus en plus insupportable, paralyse tous mes faits et gestes, m'empêche de penser sereinement, d'avancer vers des objectifs plus concrets et plus facilement réalisables. Je désespère de trouver une solution à ce Nous qui n'existe que dans ma tête, une issue à cette souffrance lancinante qui revient régulièrement me briser le cœur et m'affaiblir moralement et physiquement. Cette histoire est un gouffre sans fin pour moi, je plonge et je ne sais pas si quelqu'un sera là pour me recueillir au fond du trou quand je l'aurai touché. Et s'il y a quelqu'un pour me ramasser, je sais par avance qu'il y a peu de chances que ce soit toi... tu es trop loin.
Il faut rebondir, oublier les instants fugaces de cet été où avec un tout petit geste de ta part j'ai repris espoir et cru que cela avait du sens. Ridicule, je suis tout simplement idiot d'y croire car je me dis maintenant que sachant que j'étais dans les parages si tu m'aimais je t'aurais revue, tu te serais débrouillée pour me revoir, mais non une seule entrevue lointaine (en dix jours de présence sur ton terrain) et puis plus rien. Je sais que ce n'est pas forcément évident pour toi mais quand même qu'une seule entrevue et durant celle-ci rien d'autre qu'un regard interrogateur et insistant, deux mots, un sourire rapace et un tout petit geste amical très discret qui m'ont dévastés un temps, le temps de la soirée et puis voilà, tu m'abandonnes là et ne cherche même pas à me revoir. J'abandonne.
Il n'y a rien en fait, rien de concret, si tu m'aimais il y a longtemps que tu serais venue me le signifier clairement. Il n'y a rien, toujours rien et je suis là encore à te quémander aveuglément ici dans le vide un brin de reconnaissance que je n'obtiendrai jamais. Pas ici, ni ailleurs et pas comme ça. J'arrête ce jeu de non-dits, de faux semblants, d'espoirs déchus.
Ca me fait mal, trop mal de ne pouvoir faire plus que d'éplucher les messages, les annonces, de passer du temps à te détecter sur la toile, à tenter de décrypter tout ce qui nous concerne, nos chiffres, nos initiales, toi, moi, toi + moi... etc., j'en souffre. Je ne sais même plus si j'ai les bons codes. Je sens que je suis malade de toi et que mon seul remède ce sont tes bras et que jamais je n'aurai la chance que tu me soignes enfin. Jamais.
J'ai bien trop peu d'éléments pour suffire à me convaincre que toi aussi tu as besoin que je t'aide à venir vers moi. Et même si c'était le cas, je ne sais même pas par où commencer, comment faire pour enfin tomber le masque et te dévoiler mes sentiments sans apparaître comme un incongru. A chaque (rare) occasion où je te vois, je me dégonfle, je panique, je ne fais rien, il y a trop de monde autour qui guette, tu es inaccessible, moi aussi d'ailleurs, et j'attends que toi tu agisses et comme tu n'en fais pas plus que moi... je rentre avec l'amertume au cœur, le trouble de l'inaccompli, le sentiment de lâcheté et aussi celui qui finit par me gagner, le pire, le plus dur à s'en détacher et à assumer : le sentiment que tu t'en fous.
Je dois arrêter de rêver, je le sais mais je n'y peux rien tu peuples mes rêves et je te poursuis à travers eux. Je crois que je vais rentrer dans la première église, et implorer le Ciel de me donner un autre amour à vivre, un amour qui soit près de moi... un amour aussi Fort que celui que je te porte et qui me fasse regarder devant moi, pas dans le rétro, un amour qui me fasse t'oublier à jamais.
Voilà presqu'une vie entière à t'attendre et à souffrir pour toi. Je sais que je n'ai qu'à passer ce coup de fil, que j'ai le droit de te parler (je crois que j'ai ton autorisation:-) mais c'est au dessus de mes forces et je me dis que toi tu auras peut-être la force et le courage un jour d'affronter cette réalité si vraiment elle existe, si vraiment il y a quelque chose entre nous. Mais je n'en sais rien. Au moins si tu ne m'aimes pas, jette-moi, renvoie-moi à mes chères études ! Une vie entière à ne pas savoir, à croire bêtement que si tu as un sentiment tu finiras par venir me le dire, à ne rien vouloir bousculer dans l'ordre des choses, à respecter tout le monde sauf moi-même, à m'illusionner, à espérer un simple geste qui ne vient pas... J'ai l'impression d'attendre un train sur un quai désert dans une gare désaffectée du bout du monde, un train qui ne viendra jamais.
J'abandonne, trop peu de choses concrètes ici et ailleurs pour me convaincre qu'il y a quelque chose, que nous sommes sur le même pied d'égalité. C'est moi qui t'aime et moi qui en souffre. C'est moi seul qui me mets dans cet état, tu n'as rien demandé alors je te laisse, c'est plus simple et surtout plus vivable pour moi de me dire qu'il n'y a rien et qu'il n'y aura jamais rien.
J'ai loupé toutes les épreuves, je suis incapable de passer le rattrapage sentimental, tu l'as vu comme je suis lâche : j'abandonne.
C'est moi
2015-08-24 20:26:37
Oui,c'est moi,tu me reconnais,je vis dans la mer de tes yeux qui étaient une seule fois bleus...
Je crois que c'est toi meme si ce ne l'est pas.
Laisse-moi rever...je n'ai plus le temps d'aimer...
Je n'ai plus le temps de vivre cet amour,il est tellement grand,le mesurer c'est pas possible,mais alors le vivre?
J'aimerais dire que c'est toi mais il y a quelque chose qui n'y est pas.

Facebook
Plan du site :
Retourner au contenu | Retourner au menu